Se connecter avec nous

Évènement

Afrique: six entreprises récompensées pour des projets à faible émission de CO2

Paddel Afrique

Publié

sur

Le Partenariat mondial Seed (Promoting entrepreneurship for sustainable development) vient de dévoiler les neuf entreprises lauréates de son prix 2021, dont six africaines. Les sociétés distinguées mettent en œuvre des projets innovants notamment dans les secteurs des déchets, de l’énergie et de l’agriculture.

L’entrepreneuriat vert gagne du terrain en Afrique. Le 13 juillet 2021, six entreprises africaines se sont vues décerner le prix Seed pour leurs initiatives en faveur du développement durable et de l’économie verte inclusive.  Il s’agit de Regenize, de JVL-YKMA, de Peec Energy, de Kalahari Honey, de Wuchi Wami et d’EcoGen. Chaque lauréat recevra une subvention de contrepartie d’un montant compris entre 10 000 et 15 000 euros et bénéficiera de services de conseil personnalisés pendant un an maximum pour développer leurs activités, dans le cadre du programme d’accélération Seed. L’initiative a été lancé par le Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue), le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

La valorisation des déchets

L’entreprise sud-africaine Regenize propose de la monnaie virtuelle aux populations en échange des déchets collectés.  « Appelée Remali, cette monnaie peut être utilisée pour acheter divers coupons de temps d’antenne, de données et d’épicerie », indique Regenize, cofondée par Chad John Robertson. Pour faciliter le travail de collecte des déchets sur le terrain, la société basée dans la ville du Cap fournit aux collecteurs des uniformes, des tricycles et autres engins mobiles. Regenize revend ensuite ces ordures aux entreprises pour traitement.

AFRIQUE : six entreprises récompensées pour des projets à faible émission de CO2©Regenize

Une employée de Regenize qui collecte les déchets plastiques©Regenize

Regenize a acheté 231 tonnes de déchets depuis sa création en 2016.  Le partenariat mondial Seed soutiendra l’entreprise dans la mise en place de 151 centres de recyclage décentralisés et le recrutement de 423 collecteurs de déchets dans son modèle.

La start-up JVL-YKMA Recycling Plant convertit plutôt les déchets organiques et les boues fécales en briquettes de biomasse et en compost. Le fertilisant est utilisé comme engrais pour l’agriculture. La jeune entreprise fondée par Bernadette Dzifa Agbefu est le fruit d’un partenariat public-privé innovant entre Jekora Ventures et l’Assemblée municipale de Yilo Krobo, au Ghana. JVL-YKMA Recycling Plant traite 1 800 tonnes de déchets solides organiques et 5 000 m3 de boues fécales pour produire quotidiennement 200 tonnes de compost et 1 000 tonnes de briquettes combustibles à faible coût.

La troisième start-up de gestion des déchets est EcoGen. L’entreprise malawite produit, vend et distribue des biodigesteurs domestiques portables à bas prix. Il s’agit de poubelles qui convertissent les déchets organiques en biogaz et en engrais organique. Ce qui contribue à réduire la déforestation, à promouvoir l’agriculture durable, etc.

La production d’électricité à partir du solaire

L’entreprise ougandaise Peec Energy fait aussi partie des six entreprises lauréates du prix Seed. La société propose des solutions de surveillance à distance et de comptage intelligent pour les mini-réseaux solaires et les systèmes solaires domestiques dans les communautés rurales. Le système de Peec Energy, fondé par Philip Kyeswa en 2016 bénéficie à 3 800 ménages. L’entreprise ougandaise envisage de s’étendre au Rwanda et au Congo pour atteindre les 500 000 foyers connectés.

Les deux autres lauréats sont Kalahari Honey qui forme les agriculteurs à l’utilisation d’abeilles pour limiter la destruction des fermes botswanaises par les éléphants, et Wuchi Wami en Zambie. La société zambienne promeut l’apiculture durable. « Les 39 finalistes seront également soutenus par le programme Seed Catalyser afin d’affiner leurs modèles commerciaux et d’optimiser leur impact tout en améliorant leur préparation à l’investissement », indique Seed.

Depuis sa création en 2005, le prix Seed a récompensé 311 entreprises dans 40 pays et a favorisé le versement de plus d’un million d’euros de subventions. « Chaque entreprise Seed a permis d’économiser en moyenne 7 300 tonnes de CO2, de générer plus de 9 399 kWh d’énergie renouvelable et de créer 28,4 emplois, dont 32 % sont proposés à des personnes situées au bas de la pyramide (BoP) », affirme Rainer Agster, le directeur des opérations de Seed.

Source : afrik21

Continuer La Lecture
Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Évènement

La France mobilisée pour la préservation de la forêt amazonienne

Paddel Afrique

Publié

sur

Continuer La Lecture

Évènement

Financement, gouvernance, défis du monde rural… Pour un tiers-secteur dans l’innovation et le développement territorial

Paddel Afrique

Publié

sur

Les dépenses intérieures de recherche et développement au Maroc ont une quote-part de 0,8% du PIB, en 2020, loin derrière la Corée (4,51%), par exemple, et en deçà de la moyenne des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui se situait à 2,27%.

Le Maroc est un terreau fertile pour l’émergence du tiers-secteur. C’est en tout cas ce que met en exergue une récente étude de Policy Center for the New South intitulée «Le tiers-secteur au service de la recherche-innovation et du développement territorial» publiée par Policy Center for the New South. Pour commencer, cette analyse définit cette notion expliquant que «le tiers-secteur recouvre l’ensemble des acteurs, institutions et organismes qui ne relèvent ni de la sphère étatique, ni des collectivités territoriales, ni du secteur privé lucratif pris séparément, mais correspond à l’ensemble des actions que les acteurs en question entreprennent, des missions qu’ils réalisent, et des champs qu’ils couvrent ce faisant». Ce document décrypte l’évolution de cette activité au Maroc et plaide pour un tiers-secteur dans la recherche-innovation (R&I) et le développement territorial. Cette expérience pouvant être extrapolée à d’autres domaines comme l’habitat, le logement, les marchés de gros, les services sociaux ou encore la culture.

Au service d’une R&I mieux financée et gouvernée

Le socle de la recherche est l’enseignement supérieur. Pour améliorer son apport, il est nécessaire de mettre en place une coordination impliquant régions, universités, entreprises publiques et autres acteurs, relève ladite étude. Il s’agit de fédérer les entreprises et établissements publics (EEP), les collectivités territoriales, les entreprises privées, les organisations de la société civile autour de fondations de recherche pour la conception, l’élaboration, le financement et la mise en œuvre de programme de R&I. Dans ce schéma, les universités et les établissements publics donneront la contribution financière initiale aux fondations en assurant le pilotage en commun.

Au Maroc, l’enseignement supérieur englobe l’enseignement supérieur public, l’enseignement public dans le cadre du partenariat, et l’enseignement supérieur privé. En termes de chiffres, l’enseignement supérieur public compte l’ensemble des universités publiques, qui sont au nombre de douze. Celles-ci accueillaient un total de 990.000 étudiants pour l’année universitaire 2020-21. A cela s’ajoutent onze universités privées (y compris l’Université Al Akhawayn et ses trois établissements). Pour ce qui est du système national de recherche-innovation (SNRI), qui est composé de nombreuses entités, il est souvent jugé peu cohérent et efficace en raison «d’une répartition des attributions entre ses différentes composantes qui pourrait être améliorée et rationalisée».

Par ailleurs, le financement de la recherche marocaine revient souvent. Selon cette analyse, les dépenses intérieures de recherche et développement au Maroc ont une quote-part de 0,8% du PIB, en 2020, loin derrière la Corée (4,51%), par exemple, et en deçà de la moyenne des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui se situait à 2,27%. «L’État marocain contribue actuellement à hauteur de 73% dans le financement de la recherche nationale, le secteur privé à 22%, et la coopération internationale à 5%», affirme la même source soulignant que le secteur privé reste ainsi le maillon faible de la recherche marocaine.
A titre de comparaison, les entreprises exécutent 65,3% des travaux de recherche-développement (R&D) en France. A noter que la moyenne des pays de l’OCDE est de 69%. «Ainsi, différentes façons innovantes de financer la recherche ont été proposées, pour stimuler la participation des opérateurs privés. Parmi ces voies de financement possible, figure le financement collaboratif (crowdfunding) qui, au Maroc, fait l’objet de la loi n°15-18», peut-on lire dans ce document.

Surmonter les contraintes du rural grâce à un nouveau déploiement de l’action publique

L’étude réalisée propose d’explorer de nouveaux modes d’organisation du déploiement de la puissance publique s’inspirant de ce fait de l’approche du nouveau modèle de développement. «Le NMD a opté pour le cercle comme entité pertinente pour ce faire. Le cercle apparaît, en effet, comme une échelle intermédiaire entre celle, généralement trop large, de la province, et celle, trop étroite, de la commune», explique la même source ajoutant qu’il présente la particularité de constituer un territoire plutôt homogène en matière démographique, socioéconomique et biogéographique, marqué par un sentiment d’appartenance et d’identité des habitants. Étant donné qu’il compte plusieurs communes et douars, le cercle peut permettre de concevoir, élaborer et mettre en œuvre des projets communs de développement économique et social. «Il est propice non seulement à une prise en compte plus fine des attentes et demandes de la population, mais aussi à une conception, à une coordination et à une mise en œuvre plus efficaces, efficientes et pertinentes des politiques publiques territoriales», explique l’auteur de cette étude.

Pour assurer la gouvernance démocratique des actions du tiers-secteur dans les cercles, cette étude propose donc de constituer des intercommunalités ou des sociétés de développement local (SDL) qui pourraient agir en coordination et en intelligence avec le chef de cercle. Ces intercommunalités et SDL prendraient en charge différents domaines de compétences communales, en impliquant dans leur financement, leur planification, leur gouvernance et leur action différents acteurs comme l’Etat, les services déconcentrés, la région, les EEP, la coopération internationale, les acteurs privés ou encore les organisations de la société civile. En termes de gouvernance, il est recommandé de passer par trois voies, à savoir : l’intercommunalité rénovée, SDL rénovée et la contractualisation. Enfin, le financement dans ce nouveau schéma peut être assuré par l’État, les EEP, les collectivités territoriales, le secteur privé, la coopération internationale ou encore le mécénat.

Source

Continuer La Lecture

Évènement

Forum communal de Dankassari sur le développement local

Paddel Afrique

Publié

sur

Il est indéniable que la démocratie à la base constitue le socle du développement d’un pays. Pour réussir l’ancrage de la décentralisation entamée depuis deux décennies dans notre pays, il faut une prise de conscience des élus locaux à travers la mise en œuvre des programmes de développement. C’est ce qu’ont compris les ressortissants de la commune rurale de Dankassari, dans le département de Dogon Doutchi, région de Dosso, à travers l’organisation, le samedi 25 décembre 2021, d’un forum sur la question. C’est le Haut Représentant du Président de la République, M. Foumakoye Gado, qui a présidé la cérémonie d’ouverture du forum, sur le thème central, «contribution des ressortissants de la Commune rurale de Dankassari pour le développement socioéconomique et la paix sociale». Un thème qui selon Foumakoye Gado cadre parfaitement avec le programme de la Renaissance Acte III du Président de la République, SEM. Mohamed Bazoum.

L’objectif du forum de Dankassari est de réfléchir et proposer des pistes de solutions aux différents défis auxquels est confrontée la commune rurale.Les participants ont échangé sur des thématiques d’actualités telles que la cohésion sociale, la paix, la sécurité et la participation citoyenne pour une gouvernance inclusive et porteuse d’espoir pour les populations. Ces échanges ont mis en exergue les défis et opportunités de développement de la commune, notamment les contributions des partenaires et perspectives.

On y notait la présence de députés nationaux, dont le 4ème Vice-président de l’Assemblée nationale, l’honorable Ibrahim Yacouba, des responsables politiques et administratifs ainsi que des chefs traditionnels traditionnels. Tour à tour, le Représentant du Chef de Canton de l’Arewa, le Chef du village de Dan Kassari, le Préfet du Département de Dogon Doutchi ainsi que le président du Comité d’organisation du forum se sont prononcés sur les objectifs de cette importante rencontre.

Prenant la parole, le maire de la commune de Dankassari, M. Bondo Kaka dira dans son allocution de bienvenue que le but poursuivi par l’Etat du Niger en créant les Communes, est non seulement de rapprocher l’Administration des administrés, mais aussi et surtout de promouvoir le développement local. L’approche de développement local est perçue avant tout comme une force endogène du moment où la décision de se développer ne vient pas de l’extérieur et les actions de développement ne peuvent s’opérer qu’avec la participation des personnes visées par le développement, a-t-il soutenu. Cette approche requiert la mobilisation de tous les acteurs locaux et un certain degré d’engagement de la part de la population, a indiqué le maire de Dankassari. Dans son discours d’ouverture de cet événement, le Haut Représentant du Président de la République, SEM. Foumakoye Gado, après avoir salué les ressortissants de la Commune qui ont effectué le déplacement de DanKassari, a rappelé que le forum permettra aux participants de réfléchir ensemble sur les différents problèmes de la commune en vue de leur trouver des solutions idoines. Il a salué l’ingénieuse idée des organisateurs et du comité de réflexion des ressortissants de la commune qui ont eu l’initiative d’organiser le forum. Le développement local doit être une réalité en ce moment où notre pays est engagé sur les voies de développement, a indiqué M Foumakoye Gado. Il a ensuite relevé que ‘’Les communes doivent s’inscrire dans la recherche des solutions à leurs problèmes à travers l’adoption de leurs propres programmes de développement communaux dont la mise en œuvre relève de la participation de tous et de toutes. La démocratie participative à la base est la clé de toute réussite du Programme gouvernemental, au-delà de celui des communes’’.

M. Foumakoye Gado a prodigué des conseils à l’ensemble de la population de l’Arewa sur le vivre ensemble, l’unité nationale, la paix et invité les participants à relayer les messages de paix et de cohésion sociale dont notre pays a tant besoin.

Notons que le forum de Dankassari a réuni des cadres de la commune travaillant dans l’administration publique et privée, des étudiants, des opérateurs économiques résidant dans les différentes régions du Niger, les Chefs traditionnels et représentants des organisations des jeunes et des femmes de chaque village de la commune.

Source

Continuer La Lecture
Annonce

TAGS

Accès à l'eau Administration publique Afrique A la une Algérie Aménagement numérique Art et culture Assainissement urbain Burkina Faso Bénin Cameroun Congo Congo Brazzaville Consommer local Coopération public privé Coopération régionale Célébration Côte d'Ivoire Décentralisation Développement du numérique Développement durable Développement local Développement économique durable Développement économique territorial Eco entreprise Economie Economie locale Energie propre Entrepreunariat Environnement Finance locale Financement public France Gestion budgétaire Gouvernance locale Infrastructure scolaire Management Maroc RD Congo Santé Sécurité sociale Sénégal Togo Tunisie Urbanisme

Facebook

Annonce

En ce moment