Se connecter avec nous

Territoires

Energie solaire au Burkina : des lampadaires solaires offerts au village de Séloghin

Paddel Afrique

Publié

sur

Après Tuire dans le Ganzourgou, Kaya, Boussouma et Langle dans la commune rurale de Ouessa, c’est au tour du village de Séloghin de bénéficier d’une installation de lampadaires solaires. Au nombre de dix, ces lampadaires, installés dans les coins stratégiques, du village vont permettre d’éclairer quelques parties de la localité en attendant d’autres installations. La cérémonie de réception s’est déroulée en présence des autorités locales et des représentants de la société donatrice.

L’énergie électrique, vecteur de développement et d’emplois, constitue encore un luxe dans certaines localités de notre pays ; puisque le taux d’électrification au Burkina Faso est de 20%. Un chiffre qui laisse comprendre qu’il reste beaucoup à faire dans le domaine de l’électrification. C’est dans cette logique que l’entreprise entend apporter sa contribution pour le rayonnement de la commune.

Un acte salutaire, selon le représentant du maire, puisque la localité n’est pas encore raccordée au réseau électrique national. « C’est avec beaucoup de joie que nous recevons ces lampadaires. Les écoles, les marchés et les voies principales seront désormais éclairés. C’est vraiment un acte salutaire que nous saluons à sa juste valeur », poursuit-il. M. Nacoulma a, au nom du maire empêché, affirmé l’engagement de la commune à accompagner la société quant à l’entretien des panneaux.

Même son de cloche pour la directrice de l’école primaire publique du village de Séloghin, Gisèle Youli. Elle a affirmé que le manque d’éclairage est un vrai calvaire pour les élèves et les enseignants de la zone. Très satisfaite, elle a traduit la reconnaissance de l’école au donateur car, dit-elle, « Nous les remercions pour leur accompagnement à atteindre nos objectifs, ceux d’améliorer notre taux de réussite au niveau des examens de CEP. »

Les doléances de la population

Tout en saluant l’effort de la société TECMON ENERGY à électrifier les zones stratégiques de la localité, les bénéficiaires n’ont pas manqué d’exprimer d’autres besoins. Il s’agit notamment d’électrifier les salles de classe, d’élargir le périmètre en électricité,…

Pour ce qui concerne l’électrification des salles de classes, M. Ait Tioua s’est montré rassurant. « Nous allons le faire dans un bref délai pour que les élèves et le personnel enseignant puissent travailler dans de bonnes conditions », a-t-il promis.
Il a demandé à la mairie de veiller à la maintenance des installations. D’ores et déjà, la société promet de former des gens pour assurer un meilleur entretien des lampadaires.

En rappel, le groupe « TECMON ENERGY » comporte six filiales (SYSAID FASO SA, TECMON BTP, TECMON INDUSTRIE, TECMON LOGISTIQUE, TECMON RDC) et des sociétés sœurs que sont TELEMENIA FASO, SODJI HOLDING (Allemagne), SYSAGRAR qui officient principalement dans le secteur de l’énergie, notamment dans la construction des centrales électriques, la fourniture et la pose d’équipements solaires, l’électrification rurale, dans les BTP, dans l’agroalimentaire et bien d’autres.

Source

Continuer La Lecture
Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Territoires

Locales 2022 : au-delà des rivalités dérisoires et politiciennes !

Paddel Afrique

Publié

sur

La première semaine de la campagne électorale en vue des prochaines locales vient de se terminer. Elle semble surtout intéresser les nombreux candidats à la présidence des collectivités territoriales, leurs militants et sympathisants ainsi que la presse nationale connue pour être hyper-politisée et très proche du monde politique.

Si la Coupe d’Afrique des Nations de football n’a pas réussi à l’escamoter, c’est bien à cause des modestes performances des Lions. Quant à la quatrième vague de COVID-19, le ministre de la Santé, tête de liste de la coalition Benno Bokk Yakaar pour la Ville de Dakar, a choisi, avec l’aval implicite de tous les acteurs, de l’ignorer complètement, pour ne pas compromettre la campagne électorale.

Pour ce qui est du débat programmatique, il est vampirisé par les enjeux nationaux et peine à mettre en exergue des différences fondamentales entre les différents protagonistes sur la gestion des collectivités territoriales, hormis des promesses de gouvernance vertueuse de la part des challengers. Une rupture fondamentale dans la gestion des collectivités territoriales devrait être précisément de renforcer la redevabilité des élus locaux, pouvant aller jusqu’à leur révocabilité, ce qui suppose un transfert effectif du pouvoir local aux citoyens.

S’il est erroné de lier, d’une quelconque manière, une éventuelle troisième candidature du président Macky Sall aux résultats des élections locales, il n’en demeure pas moins, que l’objectif minimal raisonnable de l’Opposition devrait être d’infliger une défaite politique mémorable à la coalition présidentielle. Il faudrait, pour cela la battre dans les grands centres urbains et l’empêcher, au niveau national, d’atteindre la barre des 50% du nombre d’électeurs, autant de facteurs, qui, combinés à une victoire des listes de l’Opposition aux prochaines législatives, seront des prémisses favorables sur le chemin d’une véritable alternative politique en 2024.

Comme on le constate, c’est le processus de décentralisation lui-même, qui reste le parent pauvre de la campagne en vue des élections du 23 janvier prochain, du fait que jusqu’à présent, il est resté à un stade embryonnaire, car ne disposant toujours pas de moyens conséquents pour son plein épanouissement. Une chose est sûre : le pouvoir décentralisé jouit de peu de considération de la part de la classe politique de notre pays, comme le prouvent les reports successifs des élections locales, dont le dernier en date, différé de près de 3 ans, de 2019 à 2022.
Il n’est donc point étonnant, que ces élections locales soient celles qui intéressent le moins les citoyens sénégalais, celles où le taux d’abstention est toujours le plus élevé.

S’il en est ainsi, c’est aussi parce que le pouvoir local n’arrive toujours pas à s’émanciper de l’Exécutif central, malgré le fait que l’histoire de la décentralisation dans notre pays remonte au moins à 1972, date de création des communautés rurales.

Pourtant, on note un extraordinaire bouillonnement au sein de la société sénégalaise, avec le dynamisme des associations villageoises, des dahiras confrériques, des tontines féminines, mais aussi la vitalité des comités de forages, des réseaux communautaires dans divers domaines, des comités de santé devenus des CDS, des associations de parents d’élèves …

Cette effervescence sociale est à différencier de l’activisme de la société civile « institutionnelle », portée par les partenaires techniques et financiers ou de grandes ONG internationales, motivée par des logiques d’appareil, à l’instar des partis politiques.

Ce remarquable potentiel communautaire et cette admirable dynamique participative sont brimés par le modèle représentatif, dont la vision restrictive de la démocratie pourrait être illustrée par le quiproquo en cours entre la junte malienne et la CEDEAO, qui exige, – par pur formalisme – la tenue rapide d’élections dans un pays dévasté par le terrorisme.

La grande faiblesse de notre processus de décentralisation se trouve dans le fait qu’au lieu de promouvoir une véritable démocratie participative, il reproduit, au niveau local, les tares de la vie politique nationale. Cela est illustré par le fait que le pouvoir décentralisé est à la remorque du Parti-État central, et qu’il se sert, aussi, d’outils tels que le clientélisme et la corruption politiques.

Pire, les collectivités territoriales sont instrumentalisées pour servir de rampes de lancement à des technocrates parfois vierges de toute expérience politique antérieure, mais nourrissant les plus folles ambitions pour les stations les plus prestigieuses de la République.

Le drame, c’est que cette logique de dévoiement et de politisation outrancière de ce qui devait être le développement local est partagée par l’écrasante majorité de la classe politique et est à l’origine de tiraillements suicidaires de part et d’autre du champ politique. C’est ainsi qu’il faut comprendre le consensus autour des recommandations incongrues et inopportunes du prétendu dialogue national, qui n’ont fait qu’accentuer l’état d’indigence politique dans laquelle se trouve le pouvoir local.

De fait, l’institution au niveau du scrutin local d’une caution – loin d’être modique – mais plus encore, l’élection du premier magistrat de la collectivité territoriale au suffrage universel direct sont autant de régressions supplémentaires, favorisant la mainmise de maffias ploutocrates sur nos collectivités territoriales. Et ce, d’autant qu’elles viennent renforcer le caractère inique d’un mode de scrutin faisant la part trop belle à sa composante majoritaire (le fameux raw gaddu), qui nuit à la représentativité des équipes municipales, qui peuvent être élues avec de faibles majorités relatives.

Comme on le voit, il s’agit de reproduire, comme à l’Assemblée nationale, le diktat du fait majoritaire au sein de centaines de conseils de collectivités territoriales. Or, cette manière de faire ne favorise pas la légitimation de l’action publique locale qui nécessite une concertation préalable, devant aboutir à un consensus.

Il faut saluer le courage politique de certains segments de la coalition Yewwi Askan Wi, qui ont fait un effort de réflexion sur la décentralisation, par le biais d’un ouvrage.

Il faudra, dans cette optique, procéder à la réactualisation des pertinentes recommandations des Assises nationales sur la démocratie participative, ce qui permettra de donner un souffle nouveau au processus de décentralisation dans notre pays.

Dr Mohamed Lamine LY
Grand-Mbao ; Cité Baye Niasse

Source

Continuer La Lecture

Territoires

Forum pour le développement rural en Afrique : pour Crispin Mbadu, le programme permettra de favoriser le développement local endogène…

Paddel Afrique

Publié

sur

Ouverts par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, les travaux du troisième forum de développement rural en Afrique se sont poursuivis ce mardi 11 janvier à Kinshasa sous le thème central « la planification décentralisée de la transformation rurale par la capitalisation des expériences ».

Intervenant au nom du gouvernement congolais autour du sous thème « Engagement des citoyens pour la planification basée sur les évidences du développement rural », le Vice-ministre du Plan, Crispin Mbadu, a partagé l’expérience de la RDC dans la participation citoyenne à la formulation des plans et programmes de développement dans les milieux ruraux.

À l’en croire, après avoir tiré des leçons de différents chocs exogènes et de la capacité de la résilience de l’économie congolaise, le gouvernement de la RDC avait pris l’option de formuler un Programme de développement local pour la période 2021-2023 des 145 territoires que compte la RDC (PDL 2021-2023). L’exercice s’inscrit dans le souci d’atteindre les objectifs du pilier cinq du Plan national stratégique de développement dans son volet développement durable et équilibré.

« Ce programme a été identifié comme la stratégie la plus efficace à même de favoriser, dans une optique de court et moyen termes, le développement local endogène et la convergence économique rapide entre les milieux rural et urbain, en réponse à l’inefficacité observée des politiques de croissance pro-pauvres et de la vulnérabilité de l’économie congolaise par rapport aux chocs exogènes. L’objectif de ce programme est de promouvoir l’émergence d’une économie locale dynamique susceptible d’améliorer les conditions et cadre de vie de la majorité des populations congolaises vivant dans le monde rural. Ce changement de paradigme de développement répond aussi, d’une part, aux insuffisances d’une croissance impulsée du haut vers le bas, et négligeant le développement des économies rurales et locales, d’autre part, de faciliter le désenclavement de l’arrière-pays et l’accès aux investissements productifs publics et privés », a déclaré Crispin Mbadu dans son discours.

Ce programme étant basé sur un modèle de développement de bas en haut, a-t-il souligné, sa formulation a nécessité l’implication de toutes les parties prenantes, et particulièrement les populations de 145 territoires que compte notre pays.  A cet effet, les missions de collecte et de hiérarchisation des besoins prioritaires de 145 territoires ont été diligentées dans les chefs-lieux de 25 provinces.

« Ces missions ont été précédées par l’organisation d’un atelier de renforcement des capacités des experts du niveau central mobilisés à cet effet, sur les outils de collecte des besoins des territoires et l’approche d’encadrement des délégués de chaque territoire. Les ateliers de collecte ont ensuite été organisés dans les 25 chefs-lieux de provinces et ont connu la participation principalement de délégués des territoires composés de : l’Administrateur du territoire, un représentant des chefs coutumiers, le chef d’Antenne du ministère du Plan, un expert de la Cellule d’analyse des indicateurs de Développement (CAID) et un représentant des Organisations de la société civile (OSC). Les ateliers ont été organisés sous la coordination de gouvernements provinciaux avec la participation des partenaires techniques au développement, intervenant au niveau des provinces. Ces missions ont permis notamment de collecter les données sur les besoins des territoires et de dégager de manière consensuelle un package d’interventions prioritaires qui ont permis d’alimenter les axes clés du programme », a-t-il soutenu.

Pour le Vice-ministre du Plan, l’Afrique dispose d’un potentiel considérable pour assurer sa sécurité alimentaire, et aussi pour produire des excédents exportables sur les marchés internationaux.

« Cela est possible grâce à la participation et l’adhésion de la population à la base dans son processus de développement. Ainsi, il sera possible de développer des secteurs à forte productivité en milieu rural, en améliorant la valeur ajoutée d’un grand nombre de ses exportations de produits primaires, et en dégager une marge concurrentielle sur les marchés internationaux », a-t-il conclu.

Le Forum pour le développement rural en Afrique, depuis 2013, est devenu une plateforme de recherche de consensus, d’appropriation politique, d’échange de connaissances pour défendre la transformation rurale, le développement territorial et la planification.

Ces assises ont pour objectifs d’identifier les pratiques évolutives en matière de planification de la transformation rurale, de partager les leçons apprises sur la coopération sud-sud, les approches multisectorielles et intersectorielles de la transformation rurale et approuver le document intitulé Stratégie opérationnelle de mise en œuvre du Plan directeur du développement rural en Afrique.

Clément Muamba

Source

Continuer La Lecture

Territoires

Monnaie locale complémentaire, un vecteur de développement local

Paddel Afrique

Publié

sur

L’idée de la création d’une monnaie locale complémentaire, émise par le président Ousmane Sonko lors du lancement de son programme « Burok », a fait couler beaucoup d’encres et de salives. Si débattre sur une telle question aussi innovante au Sénégal semble tout à fait légitime, alors toute argumentation doit se reposer sur une approche objective, savante permettant ainsi aux sénégalais de comprendre les vrais enjeux. Dès lors, notre objectif n’est pas de répondre aux critiques mais plutôt essayer d’éclairer les Sénégalais. Nous pensons que la proposition du président Sonko est brillantissime à plusieurs égards. D’abord permettez-nous de conceptualiser un peu en définissant brièvement la monnaie locale complémentaire.

QU’EST-CE QUE LA MONNAIE LOCALE COMPLÉMENTAIRE ?

Une définition simple provient du site https://www.mlcquebec.org/monnaie-complementaire/ qui définit la monnaie locale complémentaire ou MLC comme « Une monnaie locale est un instrument de paiement qui ne peut être utilisé que sur un territoire restreint. Elle circule à l’initiative d’un groupe de citoyens et/ou d’entreprises réunis au sein d’un réseau et dont les règles sont définies par eux. ».

QUELLE EST LA PERTINENCE D’AVOIR UNE MONNAIE LOCALE COMPLÉMENTAIRE ?

En effet, l’objectif premier est de permettre à des personnes se trouvant dans une zone géographique bien déterminée et partagent des valeurs communes de pouvoir échanger en utilisant une monnaie locale. Celle-ci sera seulement utilisée à l’intérieur de cet espace géographique. En guise d’exemple, prenons un espace comme le campus de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Combien de fois sommes-nous allés chez les petits commerces acheter du thé ou bien du pain thon avec nos tickets restos ? Qui peut calculer le nombre de fois qu’il s’est présenté un dimanche soir devant le boutiquier pour acheter des tickets restos pour pouvoir manger au restaurant universitaire ? Et comme l’a si bien dit président Sonko, cette monnaie locale ne va pas du tout remplacer la monnaie fiduciaire (le francs CFA dans notre cas), au contraire elle la complète : Les échanges intra-communautaires utiliseront la monnaie locale complémentaire et le FCFA servira pour autre chose par exemple à la page 58 du programme «Burok » du président Sonko, on peut lire : «…

Ainsi, les FCFA qui ne sont plus nécessaires aux échanges intra-communautaires pourront être récupérés par le Fonds Municipal pour le Développement Solidaire (FOMUDS), investis dans des actifs liquides et moins liquides (infrastructures et actifs générateurs de revenus). Les rendements obtenus permettront d’abonder le fonds en retours qui pourra mieux octroyer des crédits en monnaie complémentaire à des conditions avantageuses (sans intérêt et sans garantie) puisque ses coûts sont couverts par le placement de ses fonds en FCFA.

Le Fonds permet enfin de convertir ses crédits monnaie complémentaire en FCFA au besoin au taux de change en vigueur ». Donc on peut dire la monnaie locale va nous permettre, en tant que décideur, de pouvoir entre autres modifier le comportement d’achat afin de recréer une économie qui soit plus proche des besoins des gens, le citoyen devient alors un acteur indispensable dans l’évolution de cette monnaie. Ensuite, la monnaie locale complémentaire permet d’améliorer les échanges au niveau local et dynamiser l’économie réelle par un soutien à l’emploi et un frein à la délocalisation. Cette monnaie locale favorise la multiplication intense des échanges dans la zone géographique.

Par exemple, quand un participant dépense 1000 de la monnaie locale (1000 mlc) chez un poissonnier, il lui indique en quelque sorte de faire la même chose chez un autre participant. Si on prend l’exemple du poissonnier, lui, ne pourra pas dépenser ces 1000mlc chez une entreprise qui se trouve hors de cette zone. Il sera obligé de dépenser l’argent dans la zone géographique au près d’un autre commerçant participant et c’est comme ça qu’on favorise la relocalisation de l’économie. Cela va favoriser ainsi le fonds de roulement des entreprises locales et des commerces et de leur accroissement. Aussi faut-il souligner que la monnaie locale permet de lutter contre la spéculation qu’on voit au niveau des monnaies fiduciaires. En d’autres termes, cette monnaie locale va mesurer en réalité la valeur réelle de l’effort que les personnes ont consenti dans l’économie de cette zone: on peut dire alors que la richesse d’une personne devient de plus en plus proportionnelle à l’effort fourni dans l’économie locale.

EN RÉSUMÉ LA MONNAIE LOCALE COMPLÉMENTAIRE CONSTITUE:

 – Un instrument d’échange;
– Une réponse aux principes de l’économie sociale et solidaire ;
– Un indicateur de la valeur de quelque chose;
– Un levier pour améliorer le dynamisme de l’économie locale ;
– Un moyen de raffermissement du lien social avec une certaine éthique ;
– Un frein à la spéculation et aux paradis fiscaux ;
Enfin, il est important de savoir que les monnaies locales peuvent être libellées en plusieurs versions : soit sous forme de coupons papiers, carte de paiement, portefeuille numérique dans une application mobile etc.

Aujourd’hui de petites entreprises locales essaient de mettre en place des portefeuilles mobiles avec une monnaie numérique qui sera utilisée seulement par une communauté à travers une zone spécifique.

En égard à ces considérations ci-dessus, nous sommes convaincus, que la monnaie locale peut être une très belle aubaine pour redynamiser et renforcer l’économie locale. Cependant, force est de constater que certaines interrogations nous semblent légitimes : La monnaie locale ne favorise-t-elle pas le risque de fraude ?

En partant du postulat que la monnaie locale est plus utile en temps de crise, comment peut-on l’adapter à notre politique économique pour qu’elle soit utile aussi bien en temps de crise qu’en temps normal? Voilà des questions autour desquelles le débat doit être centré et nous nous attendons à des réponses techniques. En définitive, il est loisible de constater que le fameux « faire de la politique autrement de Pastef et de son président n’est pas slogan creux ».

Le président Sonko propose et si cela gêne certains, qu’ils proposent! La critique est bien si elle apporte de la valeur ajoutée mais le nihilisme n’intéresse personne. Ce qu’il faut comprendre aujourd’hui, c’est que rien ne sera comme avant.

Le monde d’aujourd’hui est caractérisée par une forte concurrence ne pouvant faire place qu’aux nations innovantes incarnées par des dirigeants compétents qui en connaissent les enjeux. Cela sous-entend que l’éducation, la formation et la recherche sont aujourd’hui devenues indispensables pour faire de la politique au Sénégal.

Le seul problème est que nous ne sommes pas habitués au Sénégal de voir des dirigeants qui sont au diapason, des dirigeants modernes et patriotiques qui essayent de développer leur pays, ou zones en s’inspirant de ce qui se fait de mieux dans le monde tout en tenant en compte les spécificités de nos zones géographiques. Donc, le débat est ouvert et doit continuer sereinement et objectivement. Nous devons tous être dans une dynamique d’éduquer les populations et de partage de connaissances. C’est le secret des grandes nations!

Le président Sonko est un homme généreux et l’initiative qu’il veut mettre en place une fois élu doit être soutenue et bonifiée afin de montrer que nous sénégalais, sommes capables de mettre ces genres d’initiative et de les piloter pour l’intérêt de notre population.

En voici quelques pays où les monnaies locales complémentaires sont utilisées:
– Le Canada (Québec) avec le Billet Local d’Échange (BLÉ) et le dollar solidaire (D$)
– Afrique du Sud avec L’Ora
– Autriche avec le Wörgl
– Allemagne avec le Chiemegauer
– France avec la Gonette
– Brésil avec Las palmas
– États-Unis avec les BerkShares
– La Suisse avec le Wir

Source

Continuer La Lecture

En ce moment